Follow by Email

mardi 22 avril 2008

La Bolivie a besoin d'aide

Le mouvement international humaniste a reçu une demande de la part du gouvernement de la Bolivie d'Evo Morales. En effet, le gouvernement bolivien nous demande de sensibiliser les populations et les gouvernements à la tenue d'un 'référendum pour l'autonomie/secession'' qui provoque actuellement une crise sérieuse dans le pays.

En d'autres termes, la Bolivie a besoin d'aide ! Le MH au Canada et du Québec organise une campagne de sensibilisation auprès des organisations et associations. Or une lettre incluant tous les noms des organisations supporteurs à travers le Canada sera transmis au ministre des affaires extérieures Maxime Bernier lundi le 28 avril. Cette lettre demande à M. Bernier de faire une déclaration publique à l'appui de la démocratie en Bolivie en rejetant explicitement le référendum supposément pour l'autonomie'(ie. sécession) qui doit se tenir dans la ''riche'' région de Santa Cruz, le mai 4, 2008.

Déjà plusieurs pays et associations internationales ont émis des déclarations publiques à cet effet. Par conséquent, le Canada est demeuré trop longtemps silencieux dans toute cette affaire! Pour participer à la campagne communiqué avec Anne Farrell RIH Québec et Porte-parole du mouvement humaniste au Québec.

mercredi 30 janvier 2008

La force de la non-violence :Mahatma Gandhi est présent dans les cœurs et les esprits des nouvelles générations


K Mohandas Gandhi (1869 - 1948)

Soixante après sa mort, Gandhi inspire toujours les nouvelles générations en quête de solutions non-violentes

En 1889, Gandhi est allé en Angleterre pour y étudier le droit, et a reçu un diplôme du Temple Intérieur de Londres. Pendant qu'il était en Angleterre, plusieurs amis végétariens formant son groupe du support, ont persuadé Gandhi d'étudier les religions Indiennes et la littérature.

Cependant, lorsqu'il est revenu en Inde, il ne pouvait pas trouver de travail; il a donc accepté une offre pour aller en Afrique du Sud. Il a été embauché pour faire office d'avocat pour un riche négociant indien établi là-bas. En voyageant en Afrique du Sud vers le lieu de son emploi, Gandhi a été extrêmement maltraité par les employés blancs de la compagnie ferroviaire à cause de la couleur de sa peau. Suite à cet incident, Gandhi a commencé à penser au traitement des minorités et à ce qui pourrait être fait pour améliorer la situation. En ce temps-là, l'apartheid, ou la ségrégation raciale, était la loi et la politique du gouvernement d'Afrique du Sud. Donc, après que Gandhi ait résolu les affaires légales de son patron, il a commencé à organiser la communauté Indienne pour revendiquer ses droits civils.

Pendant ses 20 années en Afrique du Sud, Gandhi a développé ses principes de résistance non-violente. Il a mené cette lutte par des confrontations non-violentes avec le gouvernement. Les règ
les de la résistance non-violente qu'il a fixées sont:

1.Pas de riposte (aucune revanche),

2.Supportez la douleur et la souffrance personnelle, même la mort

3.Exprimez de l'amour et du pardon envers votre oppresseur, et

4. N'entretenez aucune intention de blesser ou d'humilier l'oppresseur, mais désirez plutôt dissiper (réconcilier) les différences.

Après avoir obtenu beaucoup de réformes des droits civils, Gandhi a quitté l'Afrique du Sud et est revenu en Inde en 1914. Au début, il a beaucoup voyagé dans le pays pour voir par lui-même les conditions dans lesquelles les pauvres vivaient, et pour apprendre d'eux les façons dont il pourrait les aider.

Il a alors commencé à élever des protestations au sujet de l'autorité du gouvernement britannique sur l'Inde. Il a supporté les fermiers du district de Champaran dans leur lutte contre les propriétaires britanniques qui étaient leurs oppresseurs. Il a obtenu un règlement juste et un prix juste pour la production des fermiers. Il a arbitré avec succès un conflit de travail dans l'industrie textile dans la ville d'Ahmedabad. Quand le district de Bardoli a refusé de payer ce qu'il considérait comme des impôts injustes, Gandhi a encouragé d'autres districts à faire de même pour les supporter, en croyant que cela renverserait le gouvernement Britannique. Cependant, quand quelques-uns de ses partisans ont fait une émeute et tué 22 agents de police à Chauri-Chaura, Gandhi a mis fin à la rébellion. Il s'est senti personnellement responsable des meurtres, et il ne voulait pas tuer les Anglais pour réaliser la paix et la justice pour son peuple. Il croyait que tuer pour obtenir ce que l'on voulait était une erreur, et il a choisi d'arrêter et d'échouer, plutôt que de réaliser l'indépendance pour l'Inde. Il a continué à respecter ses principes de non-violence, et a gagné le titre de Mahatma - "La Grande Âme."

Durant la deuxième Guerre mondiale, la Ligue musulmane a rompu avec Gandhi et a demandé que l'Inde soit divisée en deux pays - un principalement Musulman et un autre principalement Hindou. Puisque chaque ville et village avait des populations mixtes avec beaucoup de religions et de sectes, Gandhi n'a pas été d'accord avec leur position. Il a senti que cette division mènerait à la guerre, et quand en 1947, les Anglais ont divisé le pays entre l'Inde et le Pakistan, sa prédiction s'est avérée vraie.

En ce temps de guerre civile, Gandhi a résidé dans l'état du Bengale, dans l'est de l'Inde. Il a apporté la paix à cette partie du pays. Il est alors allé à Delhi et a accompli là la même chose, après quoi il a projeté d'aller au pays récemment créé du Pakistan et d'implorer la paix. Mais le 30 janvier 1948, sa mission paisible s'est terminée. Il a été assassiné par un fanatique qu'il avait aidé à se libérer de l'autorité britannique.

lundi 10 décembre 2007

Retour sur le Forum Nord Américain du Nouvel Humanisme



Les 16, 17 et 18 novembre dernier avait lieu à New York le premier Forum du Nord Américain du Nouvel Humanisme. Pour l'occasion plusieurs représentants de différentes organisations du Québec ont participé, Marc Tremblay de l'organisation Tous les enfants de l'autre monde, Francis Faille SOS Levasseur, Jean Marc Artiste pour la Paix, Anne Farrell, RIH. De plus le Chef du Conseil des Innus de Pessamit a participé comme conférencier invité. Il a prononcé un discours portant sur la place de la culture dans le développement des régions.

La déclaration officielle du Forum sera publiée d'ici quelques jours, tous individus, organisations et associations pourront endosser de la déclaration. Le prochain Forum Nord Américain est prévu en Février 2009 au Mexique.

mercredi 3 octobre 2007

Campagne: Choissions l'éducation et non les bombes - rencontre avec des jeunes du Secondaire





Le RIH a rencontré une centaine de jeunes à l'école secondaire Chêne Bleu dans le cadre de la Journée Internationale de la Non-violence. Les jeunes ont participé à la campagne "Choissions l'éducation et non les bombes". Les jeunes ont signé des cartes postales qui seront envoyées au Premier Ministre du Canada afin de dénoncer l'augmentation des dépenses militaires.

(Le texte sur la carte postale):
Cabinet du Premier ministre du Canada
80, rue Wellington Ottawa, Ont.
K1A 0A2

Compte tenu que:

- Les universités sont endettés;
- Les écoles primaires et secondaires ne peuvent offrir des services de qualité aux étudiants(es);
- Le Canada occupe le 15ième rang sur 160 pays en ce qui concerne le budget militaire;
- Le Canada fait parti des pays qui dépensent le plus dans le monde pour son armée;
- Le Canada a une histoire pacifique,
- Le Canada a toujours privilégé la résolution des conflits par la lutte non-armée;

Je demande au gouvernement du Canada :

- La réduction immédiate de 50% des dépenses militaires;
- Le transfère de ces argents vers les provinces pour l'éducation.

Symbole de la Paix - Parc Émilie Gamelin

Le 2 octobre des membres du RIH se sont réunis(es) au Parc Émili Gamelin pour célébrer la Journée Internationale de la non-violence

mercredi 26 septembre 2007

Lettre de soutien pour la Reconnaissance de l'Association des Jeunes de Fond'Oies et le maintien de l'école secondaire



L'association des jeunes de Fond'Oies (AJF) en Haiti organise un "sit-In" dans le cadre de la journée Mondiale de la non-violence le 2 octobre prochain. Les membres de l'Association sont inquiets quant au futur de l'école secondaire de Fond'Oies et sans la reconnaissance de leur Association en Haiti. Les parents et les familles des jeunes devront payer un montant supplémentaire pour avoir accès à l'école, si les parents refusent le montant supplémentaire, l'école sera fermée.


Fond'oies est une petite section située à 57 Kms de Port-au-Prince.Sur 22 kms regroupant 4 sections communales pour 32,000.00 habitants, il n'y a aucun lycée. Les enfants sont envoyés à Léogâne ou à Port-au-Prince dans des conditions de vie non-rassuré pour continuer leur éducation.

Supporter la Campagne des Jeunes de Fond'Oies en envoyant une copie de la lettre à Francy, l'administrateur de l'Association des jeunes de Fond'Oies:

_____________________________________________________________________
Francy Innocent francyinnocent@yahoo.fr

(NOM) soutient l’Association des Jeunes de Fond’Oies (AJF) dans leurs démarches pour l’avancement de l’éducation et de la promotion à la non-violence à Fond’Oies. (NOM) appuie le courage et la détermination des jeunes de l’Association de Fond’Oies pour la reconnaissance d’une école dans le village.

En effet, l’ouverture prochaine d’une école va permettre à plusieurs centaines d’élèves d’apprendre à lire et à écrire. D’autre part, l’éducation n’a pas exclusivement l’acquisition de données ou de l’information relative à la connaissance. Nous disons qu’en envisageant l’éducation du point de vue des activités formatrices pour l’être humain ceci implique autant d’aider les autres à apprendre dans l’exercice du penser cohérent. Ainsi apprendre dans la non-violence et dans le respect des autres donnera l’opportunité à tous les jeunes et les enfants de Fond’Oies d’apprendre plus sur eux-mêmes et mieux des autres. C’est dans ce sens que le projet de l’Association en plus qu’un simple projet éducatif mais un projet pour l’humanisation de Haiti.